Le client à l’abri des risques a le droit d’accéder au contenu des déclarations d’opérations douteuses produites par son ancienne banque